Séjour à Barcelonnette - Alpes du sud

Cette année, nous avons choisi de partir dans les Alpes du Sud réputés pour ces journées ensoleillées. Nous avions connu, l'année dernière, une semaine ventée et pluvieuse lors de notre séjour en Auvergne, il était temps de retrouver le soleil... enfin nous l'espérions.

Un point important qui conditionnait notre date de départ était que les cols que nous pensions grimper soient ouverts, en particulier la cime de la Bonnette, le plus haut sommet routier de France (2807m). Notre ami André, qui connaissait très bien cette région et en particulier ses cols, s'était chargé de nous fixer le "top départ". Cette année, la neige était retombée tardivement pour la saison. Finalement, la 3ième semaine de juin fut choisie.

Notre camp de base était un mobil home dans un camping de Barcelonnette, formule à la fois confortable et économique pour nous trois. L'avantage stratégique de cet emplacement est dans la proximité des différents cols à grimper. Il n'y a que l'embarras du choix .

Barcelonnette (1135m) est une jolie petite ville située au coeur de la vallée de l'Ubaye et au bord de ce torrent tumultueux portant le même nom, l'Ubaye.


Le lundi,première journée, sera une mise en jambe. Nous nous dirigeons sous le soleil vers Saint-Paul sur Ubaye. La route monte doucement pendant des kilomètres et devient plus soutenu à l'approche de Saint-Paul. Nous continuons par une route qui devient plus étroite et nous atteignons le hameau de MALJASSET (1901m), l'un des habitats les plus hauts d'Europe.

paysage de montagne
passage d'un torrent
paysage de montagne
arrêt photo
Le retour se fait tranquillement car la route ne fait finalement que descendre juqu'à Barcelonnette où nous allons nous restaurer.


Le lendemain, mardi, le programme devient plus sérieux. Nous avons choisi de franchir le col du Pontis (1301m) mais par le versant nord. La route du versant sud est très étroite et en mauvais état,nous le constaterons lors de la descente du col. De Barcelonnette, nous descendons jusqu'au village Le Lauzet, puis nous longeons le lac de Sere-Ponçon avant de tourner à droite et d'attaquer le col quelques kilomètres avant Savines le lac. Nous faisons connaissance avec les pentes sérieuses à 8% et plus par moment. Le sommet est enfin atteint et une pause est voter à la majorité. Quelques photos et nous redescendons par le versant sud par un petite route très dégradée.

paysage de montagne
passage d'un torrent

Le retour à Barcelonette se fait en montée, avec du vent et sous le soleil...


Mercredi,le soleil est toujours présent au rendez-vous. Aujourd'hui,nous nous sommes fixés le but de gravir le col d'Allos (2247m), col empreinté plusieurs fois par le Tour de France. Le début du col n'est pas loin de notre camping et nous attaquons alors les 20 km de montée. La route est en générale étroite et sinueuse et suspendue au-dessus des gorges du Bachelard. la route semble taillée dans le rocher. Nous nous arrêtons pour faire des photos et pour admirer ces paysages.

paysage de montagne paysage de montagne paysage de montagne

La montée est difficile , pente à 7 et 8% pour finir sur les derniers kilomètres à 7%. Il faut trouver son rythme pour ne pas se "cramer". Le sommet du col est atteint et nous nous protégeons quelques moments près d'une cabane car nous sommes en plein vent. Nous nous couvrons avant d'entamer les 20 km de descente. Arrivés en bas , nous décidons de découvrir les premiers kilomètres du col de la Cayolle qui est fermé dans la semaine pour cause de réfection d'un pont. il est ouvert seulement le week-end. Après quelques kilomètres, nous rentrons comme prévu au camping pour prendre une douche bien chaude. Le temps commence à changer, la pluie est annoncée pour le lendemain. le soir même, nous consultons les sites météo pour anticiper la journée de demain. Nous avions prévu la cime de la Bonnette. il faudra attendre demain matin pour décider.


jeudi matin, le ciel n'est pas encourageant. Nous prenons la décision, compte tenu des prévisions météo, possibilité d'orages, de faire une journée de repos; La suite nous donnera raison. Nous profitons de cette journée pour faire du tourisme...en voiture. Nous passons le col de Vars au pourcentage impressionnant et redescendons vers la petite ville de Guillestre. Ses petites maisons et rues étroites sont restaurées progressivement, ce qui fait son charme.

Nous partons alors vers le lac de Serre-Ponçon en passant vers Embrun où nous faisons un petite halte et Savines le Lac où nous choisissons de déjeuner. Avant de rentrer au camping, nous nous arrêtons pour venir observer les formations de "demoiselles coiffées". Retour au camping.


Le lendemain, vendredi, la météo confirme ses prévisions, ciel bleu prometteur. c'est le jour que nous attendions pour monter la cime de la Bonnette. Il y a quelques semaines, le sommet du col était encore enneigé. Nous devons grimper à plus de 2800m, quel température fera-t-il au sommet ? Comment se vêtir pour la descente ? La montée doit durer plus de 24km mais dans un paysage grandiose où les sommets enneigés semblent nous regarder enchaîner les lacets dans les pentes oscillant entre 7 et9%. La journée est inespérée, un ciel parfaitement bleu avec le soleil qui nous réchauffe au fur et à mesure de la montée. Nous ne pouvions pas espérer une plus belle journée. le dernier kilomètre est plus facile et nous amène au sommet du col. Pour atteindre les 2800m, il faut empreinter une rampe à plus de 10% qui d'ailleurs est fermée après le sommet car encore enneigée.

paysage de montagne
passage d'un torrent

La vue au sommet nous récompense de tous nos efforts de la matinée. Nous redescendons maintenant tous les kilomètres que nous avons monté , la descente est facile car la route est très belle. Nous atteignons le village de Jausiers où nous déjeunons sur une terrasse.


Aujourdh'ui, samedi, est notre dernier jour. La météo est mitigée mais nous restons optimiste. Pour finir en beauté la semaine, nous choisissons de faire l'épeuve des "trois cols" , une grande boucle comprenant les 3 cols suivants : le col de la Cayolle (2326m), le col des Champs (2095m) et le col d'Allos (2240m) par le versant ouest, soit un dénivelé de 3340m . Nous pourrons ainsi tester ce qui nous reste sous la pédale. La journée promet d'être difficile. C'est parti... Nous démarrons par le col de la Cayolle dont nous connaissons les premiers kilomètres. La route remonte à flanc de montagne le long des gorges du Bachelard, torrent tumultueux. Elle monte ensuite à travers les alpages, royaume des marmottes que nous apercevons et qui semblent nous encourager en sifflant. Les derniers lacets s'enchaînent avec des pentes à 7%. Ce col est l'un des plus jolis avec la cime de la Bonnette.

Le sommet atteint, il faut descendre sur St-Martin d'entraunes pour attaquer le deuxième col au menu, le col des Champs qui nous semblait le plus difficile. En effet, le pente est rude mais nous avons adopté un rythme qui nous permet d'en garder sous la pédale pour aborder le dernier col que nous avons déjà monté mais sur l'autre versant.

paysage de montagne
passage d'un torrent
déjeuner au restaurant

Nous entamons la descente pendant quelques kilomètres et nous nous arrêtons. André nous avait prévu un arrêt déjeuner dans un petit chalet restaurant de montagne à 1700m (le Ratery 1700 que je conseille,cuisine excellente et accueil très sympathique). Après cette pause, nous repartons sous un petit crachin sur une route en mauvais état, mais nous assurons la descente jusqu'à Colmars-les-alpes. Nous prenons la route vers le col d'Allos ,le soleil a succédé à la pluie et ne nous quittera plus. Pendant la montée, nous faisons une halte à la Foux d'allos pour nous ravitailler en eau fraîche car il fait chaud et la route est pentue; au diable les pourcentages, nous jetons nos forces dans ce dernier col. proche du sommet, nous croisons des cyclistes qui descendent et nous crient "vous êtes presque arrivés". Encore deux lacets et nous voici au sommet du col d'Allos, notre dernière difficulté. le périple est terminé, il faut maintenant redescendre vers Barcelonnette.

Cette semaine passée à Barcelonnette fut exceptionnelle. Les montagnes environnantes et les sommets enneigés nous ont offerts des paysages exceptionnels, effaçant les difficultés rencontrées.

De notre reporter cyclotouriste Jean Marie